Ass. Nat. - Destitution du Ministre de l'économie : « L'Igf semble occulter, sa substance semble diminuer, ce n'est que le début du commencement », Daniel Safu 


03 avril 2022

Le Député national Daniel Safu se dit satisfait du travail sans état d’âme du contrôle parlementaire abattu par les élus natiaonaux qui a abouti à la déchéance du Ministre de l’économie nationale Jean-Marie Kalumba, opérée à la séance plénière du mercredi 30 mars 2022 à l’Assemblée nationale au Palais du peuple. Pour lui, l’Assemblée nationale a revêtu ses prérogatives constitutionnelles du gendarme de l’exécutif. Une vedette volée depuis un temps par l’Inspection générale des finances (IGF) qui fait peur alors qu’à l’époque, c’étais le cas avec le Parlement par rapport à sa mission vis-à-vis du Gouvernement. L’élu du peuple Safu s’est ainsi exprimé vendredi 1er avril 2022 devant la presse au Palais du peuple.

« Hier les Ministres et les mandataires des entreprises publiques avaient peur de l'Igf, mais aujourd’hui, à cause de la d'échéance du Ministre de l'économie, on a semblé découvrir la dimension pédagogique du Député. Nous sortons désormais de notre sommeil dogmatique, car nous voulons demeurer dans l'exercice parlementaire et ses prorogatifs, lesquels obligent que quiconque ne sera pas en harmonie avec nous les élus du peuple, soit croqué. Le peuple souverain qui nous a délégué ici à l'Assemblée nationale doit savoir que ‘’kisalu me banda’’ dans sa praxis et dans sa faisabilité », a déclaré l'Honorable Daniel Safu, visiblement confiant.

Selon lui, c'est l'opinion parlementaire qui récupère son Leadership dans ces circonstances. « L'Igf semble occulter, sa substance semble diminuer, sachiez que ce n'est qu'un début de tout commencement », a-t-il averti.

Par ailleurs, l'Honorable Daniel Safu a félicité l'honnêteté du Vice-Premier Ministre, Ministre de l'intérieur d'avoir s'excusé devant les élus du peuple concernant son interpellation de la question orale avec débat sur la gestion tendancieuse des conflits dans les provinces et les relations entretenues avec les Institutions provinciales.

Sur ce, le Député Daniel Safu reconnait que le Vice-Premier Ministre a fait preuve d'une bonne éducation : « le bon sens s'articule autour du pardon, la reconnaissance de ces erreurs est une valeur que nous devons léguer aux générations futures car ce sont des gens pareils que nous voudrions voir, à la tête de nos institutions », a-t-il déclaré.

Pour clore son propos, Daniel Safu exhorte aux Ministres et mandataires des entreprises publiques de ne pas avoir peur du contrôle parlementaire, précisant que : « son rôle n'est pas seulement de déchoir les gestionnaires mais aussi de donner des orientations d'ordre moral à l'efficacité efficiente du travail », a-t-il conclu.

Gaëlle Deviya

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article