RDC-11ème anniversaire du double assassinat de Chebeya et Bazana : Des hommages plein d’émotions de Paul Nsapu    


02 juin 2021

À l’occasion du 11ème anniversaire du double assassinat, le 1er juin 2010, des activistes des droits humains, Floribert Chebeya et Fidèle Bazana de la Voix de Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV), quelques cérémonies commémoratives ont été organisées le 1er juin 2021 à Kinshasa en République Démocratique du Congo, notamment, le recueillement et le dépôt des gerbes des fleurs, suivi des mots de circonstance devant la tombe de Floribert Chebeya au cimetière de Benseke-Futi. Divers mots de circonstance ont été dits par aussi les activistes des droits humains, parmi lesquels celui de Paul Nsapu Mukulu, Président de la Ligue des électeurs en RDC, et Secrétaire général adjoint de la Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH).

Dans son mot de circonstance plein d’émotions, Paul Nsapu, très affecté depuis par l’assassinat de son compagnon de lutte Floribert Chebeya, a promis au défunt de tout mettre en œuvre pour que justice soit faite.

« Nous sommes à jamais déterminés pour que l'on puisse conjurer pareil crime dans notre pays. Voilà pourquoi devant ta tombe, je me rassure que tu vas nous aider, et demain ce procès doit reprendre dans toutes ses dimensions, et que les auteurs de ce double crime, soient déférés, jugés, et condamnés selon les normes », a déclaré Paul Nsapu, les larmes aux yeux.

Le Secrétaire général adjoint de la FIDH a fait savoir à l’illustre disparu que la lutte pour faire éclater la vérité commencée depuis le jour de l’assassinat continue jusqu’à ce jour.

« Et 11 ans, c’est beaucoup de souffrances, beaucoup de pleures, beaucoup d’amertumes. Comme nous t’avions promis puisque tu sentais déjà venir cette fin tragique. Nous avons tenu parole, pour que des enquêtes citoyennes soient exercées et nous l’avions fait jusqu’à ce jour, qui ont permis des avancées dont les collègues Rostin Manketa venait de parler, ainsi que la famille. Et ils sont là ! Le projet de la réouverture de ce procès est possible, aujourd’hui, et pas demain », a rassuré Paul Nsapu.

L’activiste des droits humains a rappelé les moments de souffrance passée ensemble depuis le début de l’activisme avec son compagnon, pendant l’époque de la dictature féroce de l’ancien régime, et exhorte la jeunesse à suivre ce modèle des aînés.

« Tu es comme jeté par terre comme dans cette tombe. C’est une référence historique tant pour les congolais que les africains que nous sommes et le monde entier. Nous sommes flori.  Tu le sais bien, toi et moi et d'autres nous avons jeté en terre la graine d'engagement socio-politique de notre pays au niveau de ses filles et de ses fils pour qu'aujourd'hui on puisse respirer un tout petit peu l'air de la liberté. Notre période de clandestinité et des actions pour affaiblir la dictature, tu le sais, Floribert, tu le sais. Nous avons braver des dangers dans notre jeunesse aujourd'hui. Nous te demandons seulement une chose, prie pour nous. Fortifie nous, pour que le procès de la vérité aboutisse », a relaté Paul Nsapu, avant de conclure : « Il faudrait que la jeunesse sache qu'il y a de gens qui ont milité, qui ont semé cette graine qui a poussé, la graine de l'engagement sociopolitique, et qui est un arbrisseau aujourd'hui, qui doit être soigné, entouré, pour que l'arbre de la démocratie prenne des racines dans notre pays ».

Rappelons que dès l’entame de son mot de circonstance, Paul Nsapu ne s’était pas contenu de partager sa triste émotion et les années inoubliables passées ensemble avec son grand ami Chebeya.

« J’ai beaucoup d’émotions parce que Floribert était à la fois un ami, un collègue de promotion avec qui j’ai partagé beaucoup de souvenirs dans le cadre de notre lutte, pour l’excellence à travers le respect des droits de l’homme et d’autres valeurs de dignité humaine. Il y a plus de 11 ans, quelques mois, j’étais avec Floribert à Bruxelles, nous avions longuement échangé sur la situation de notre pays. Floribert, nous avons partagé un repas qui restera ancré dans ma mémoire, à la gare du Midi à Bruxelles, où nous étions obligés de partager nos chambres d’hôtel, pour que le lendemain tu reprennes ton train à grande vitesse, rejoindre Paris, et y rester pendant 4 et 5 jour avant de regagner le pays de nos ancêtres. Tu sais, tu es allé avec beaucoup de projets pour l’excellence dans notre pays. Et 11 ans, c’est beaucoup de souffrances, beaucoup de pleurs, beaucoup d’amertumes », avait-il fait remémorer ces merveilleux souvenirs du passé, avant de conclure : « Merci. Merci. Que vos âmes, Floribert Chebeya et Fidèles Bazana, reposent en paix. Merci ».

Par ailleurs, d’autres étapes de la cérémonie commémorative du 11ème anniversaire du double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, après le recueillement devant la tombe de l’ancien fondateur de la VSV au cimetière, étaient la projection du documentaire de l’affaire du procès des feux Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, dans la salle de conférence de la paroisse catholique Fatima, devant plusieurs spectateurs, et une messe d’action de grâce organisée en mémoire de ces deux illustres tragiquement et précipitamment disparus, toujours à la même paroisse catholique située dans la commune de la Gombe.

La Rédaction

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article