RDC-DDH : Le consortium des 5 organisations dont la VSV lance un important projet pour la protection et la promotion des défenseurs des droits humains 


06 juillet 2022

Le consortium des 5 organisations de défense des droits humains, parmi lesquelles la voix de sans voix pour les Droits de l'Homme (VSV), ont procédé au lancement du projet intitulé : "protection et promotion des droits des défenseurs des droits humains en République Démocratique du Congo (PP-DDH)" lundi 4 juillet à Kinshasa. Ce projet d'une durée de 29 mois qui sera mis en œuvre dans 26 provinces de la RDC est reparti en deux phases, et vise en général, à contribuer à la promotion des droits humains et à la protection des défenseurs des droits humains en RDC.

« Concernant l’objectif spécifique, ils sont : il s’agit d’une part de soutenir et protéger les DDH, les activités pro-démocraties et les journalistes menacés du fait de leur travail en RDC et d’autres part de renforcer les capacités opérationnelles à la fois des  acteurs de la société civile et des autorités locales en matière de la démocratie, des droits humains et de protection des DDH, tout en favorisant des espaces de dialogue et d’échanges interactifs entre eux », a fait savoir Rostin Manketa, Directeur exécutif de la Voix de Sans Voix pour les droits de l’Homme.

Ce projet de 29 mois sera exécuté dans les 26 provinces de la RDC et sera mis en œuvre en deux phases.

« La 1ère phase qui couvre la période allant de juin 2022 à janvier 2023, comprend 8 provinces notamment Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniama, Lomami, Haut-Lomami, Tshikapa et Sud-Ubangi. La deuxième phase qui couvre l’ensemble du territoire de la RDC, à compter du 23 janvier 2023 intègre les provinces du Bas-Uélé, Équateur, Haut-Katanga, Haut-Uélé, Kasaï, Kasaï-Oriental, Kasaï-Oriental, Kasaï-Occidental, Kinshasa, Kongo-Central, Kwango, Kwilu, Lualaba, Maï-Ndombe, Mangala, Nord-Ubangi, Sankuru, Tanganyka et Tshopo », a dévoilé Rostin Manketa.

En outre, selon les officiants, ce projet PP-DDH met l’accent sur les activités de prévention des risques et sur celles qui mettent à l’échelle locale l’accent sur une approche par les droits.

« À cette fin, des actions visant à améliorer l’environnement de travail des DDH en RDC sont prévues. Des cadres de travail entre organisations/synergies, réseaux/ des DDH et surtout des cadres de concentration et de plaidoyer avec les autorités locales sont envisagées », a révélé le Directeur exécutif de la VSV.

Pour les exécutants dudit projet, le PP-DDH repose sur trois approches de la protection : holistique et/ou réactive (c’est-à-dire une assistance d’urgence en cas de danger immédiat), collective et préventive.

« Cette double approche permet d’obtenir des résultats dont l’impact dépasse le cadre de l’assistance ponctuelle et urgente. De manière générale, ce projet a pour ambition de participer à la consolidation de l’Etat de droits en RDC, en contribuant à l’amélioration de l’environnement de travail des DDH et des réseaux des DDH. C’est donc une approche qui part du principe que la prévention est un des piliers les plus solides de la protection des DDH », a expliqué Rostin Manketa Directeur exécutif de la VSV.

Il sied de noter que le consortium de ces cinq organisations est composé de ; la Voix de Sans Voix pour les droits de l’Homme (VSV) représenté par Mr. Rostin Manketa, SOS Informations Juridiques Multisectorielle (SOS IJM) représenté par Me Justin Bahirwe, du foyer de Développement pour l’Autopromotion des Pygmées et Indigènes Défavorisés (FDAPID) représenté Vicar Batundi, de Agir Ensemble pour les Droits Humains (AEDH) et de Diakonia. Deux de ces organisations sont internationales représentées par Mme Caecile Legallic de l’Union Européenne, et 3 autres sont nationales congolaises.

La Rédaction

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article