RDC-Etat de siège : Le Député national Crispin Mbindule très flexible concernant la coalition entre les armées congolaises (FARDC) et ougandaises (UPDF)


17 décembre 2021

La coalition entre l’armée nationale congolaise FARDC et ougandaise UPDF fait son travail, a affirmé l'élu de Butembo l'honorable Crispin Mbindule devant ces collègues et le Gouvernement à la plénière du mardi 14 décembre 2021, consacrée à la proposition du projet de loi portant habilitation de l'état de siège en RDC.

D'après les analyses faites par le Député national Crispin Mbindule sur l'exposé de motif du projet de loi portant habilitation de l'état de siège, présenté par le Vice-Ministre de la justice, ce dernier a parlé de la requalification de l'action militaire face au méthode asymétrique des forces négatives, chose que craint l'honorable Mbindule, car : « il ne faut jamais requalifier l’action militaire par rapport à la guerre symétrique. C’est accusé indirectement notre armée qu’elle n’était pas préparée et qu’elle n'affronte pas les rebelles en face, soi-disant, qu’elle utilise une méthode asymétrique », a-t-il fait remarquer.

A’en croire, l’élu du peuple Crispin Mbindule, l'armée congolaise est formée de 3 types des guerres : la guerre symétrique, dissymétrique et asymétrique.

« En cette phase, notre armée est préparée pour la guerre asymétrique », a-t-il expliqué.

En outre, l'honorable Crispin Mbindule révèle que : « la mission principale de l'état de siège n'est rien d'autre que d'éradiquer l'ennemi et non de poursuivre les opérations dissuasives », a-t-il martelé.

Par ailleurs, Crispin Mbindule a fait savoir qu’un grand bastion, New-Madina appelé autrement Batonga ou Madina 4 est présentement contrôlé par les FARDC, grâce à la mutualisation des forces armées congolaises et ougandaises.

Dans son combat d'éradiquer l'insécurité à l'est du pays, l'honorable Crispin Mbindule parle au nom de tous les élus de Nord Kivu et de l'Ituri qu'ils soutiennent la coalition entre le FARDC et l'UPDF Ouganda et il explique en d'autres termes la réalité du plan de sortie qu’eux Députés ont demandé, ce n’était rien d'autre que la frappe de FARDC contre les terroristes.

Gaëlle Deviya

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article