RDC-Politique : Que retenir de brouhaha de l'Union sacrée de Félix Tshisekedi ?


16 octobre 2021

Suite à un signe clinique du vendredi 15 octobre 2021 au sein de l'Union sacrée, j'ai ressenti un fort désir d’écrire sur ce brouhaha en ma qualité de médecin en science politique et relations internationales. Quelques inspirations me viennent à propos.

L'histoire politique de notre pays est dense, le matériel didactique pour interpréter ce cas d'école existe.

Ce qu'il en faut retenir, 

En effet, plus rien n'y sera comme auparavant entre Moise Katumbi et Félix Tshisekedi, le cancer politique s'est introduit à l'union sacrée, la confiance est entamée. 

S'il ne quitte pas l'union sacrée Moïse Katumbi va profondément amenuiser cette majorité parlementaire au point d'imposer son rythme, mieux, sa volonté.

Le comble de malheur, ç'est autour du chef de Etat, y'a très peu des concepteurs politiques mais beaucoup plus des exécutants politiques. Kabund est un exécutant pas un concepteur politique, Bahati Lukwebo est un gestionnaire politique faible concepteur, Guy loando résout tout par le coup des billets verts. Les concepteurs étaient Kitenge Yezu, Tshimbombo. Je présume, même le nom Union Sacrée est son émanation.

Désormais, l'union sacrée ressemble à un homme qu'on a amputé une jambe, du coup, elle devient une personne à mobilité réduite.

En science politique, en quoi sert une majorité parlementaire ? Cette majorité parlementaire de l'Union sacrée tant recherchée a-t-elle atteint son objectif ?

Par ailleurs, l'union sacrée n'étant pas le fruit de conjonction des valeurs cependant une structure d'appui politique pour le besoin de la cause (se débarrasser du FCC) sans une âme, sans une hiérarchisation. L’Union sacrée est une structure ad-hoc, une courte joie, son rendement est faible à ce jour.

Pour renchérir, une majorité parlementaire a pour rôle de favoriser les réformes pour la gestion de la res publica, voter le programme du gouvernement. Sans nul doute, elle n'a pas entériné le PV de la commission.

Paritaire suite à la divergence de vue en son sein. Échec et mat. Elle a une seule option à ce jour, c'est le forcing, l'achat de conscience, museler les députés nationaux en lieu et place d'une vision cohérence ou conviction politique.

Visiblement, moise Katumbi désapprouve plusieurs points dans la gestion de la Res piblica bien qu'étant de l'Union sacrée.  Je m'y rappelle de sa lecture sur le social de congolais, les attentes du peuple au calend grec, la loi Tshiani, la CENI, la désignation des animateurs.

Somme toute, l'Union sacrée souffre cruellement d'un manque de cadre de concertation pour aplanir les divergences.

L'étau se resserre de plus en plus sur l'UDPS, elle y manquera des alliés sincères pour la course politique car trop imbu d'elle-même. Savez-vous que les gens préfèrent adhérer à l'AFDC-ALLIES qu'à L'UDPS ? Pourtant l'UDPS c'est le parti phare de l'Union sacrée?  Et pour cause ? L'excès de confiance, l'orgueil, l'illusion du savoir immédiat de l'UDPS, l'enfer c'est les autres.

Je puis me permettre d'affirmer, qu'au cas d'émiettement de la structure politique de Moïse Katumbi par L'UDPS ou Félix Tshisekedi ils en payeront à coup sûr. Moïse Katumbi possède un carnet d'adresse diplomatique ronflant à ce jour.

Sans être prophète, L'UDPS (Félix Tshisekedi) est contraint d'y revenir à la table de négociation pour concéder.

Le comportement de Moïse Katumbi est un signe clinique qui a un malaise politique profond au sein de l'Union sacrée. La fin y est déjà.

Par l'Internationnaliste Aristote-Alexandre Ngarime (Tribune)

La Rédaction

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article