RDC-Primature : Félix Tshisekedi et Sama Lukonde visitent l’entreprise minière Kamoto Copper Company, ce que ce KCC


14 mai 2021

Le Président de la République Démocratique du Congo Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde ont visité l’entreprise minière Kamoto Copper Company le 13 mai 2021 à Kolwezi dans la province de Lualaba.

Kamoto Copper Compagny est la plus grande compagnie d’exploitation de cuivre et de cobalt en République Démocratique du Congo.

Plus de 300 mille tonnes de cuivre et plus 40 milles tonnes de cobalt l'an. KCC emploie plus de 10 mille personnes à ce jour. Kamoto Copper Compagny est une entreprise minière aux superlatifs.

Ce géant minier, le plus grand producteur de cobalt au monde, pèse près de 6 milliards de dollars américains d’investissement. Il est aussi le plus grand producteur de cuivre en Afrique et la plus grande mine en République démocratique du Congo. Très grande pourvoyeuse d’emplois avec ses 10.373 agents, dont 5.884 directs et 4.489 agents à travers ses contractants, KCC continuera, selon les prévisions, à exister et à créer des emplois jusqu’en 2042 et pourra générer un revenu total de 2.237 milliards de dollars américains.

En plein boom des cours des métaux à l'international, sa production de cuivre de 270 mille tonnes est montée jusqu’à 300 mille tonnes l’an. De 25 mille tonnes, la production de cobalt est passée jusqu’à 40 mille tonne l’an. Kamoto Copper Company, c’est une mine souterraine (sulfure) qui fait le forage, le minage, le support et le transport. C’est aussi une mine à ciel ouvert (Oxyde) où se font également le forage, le minage et le transport. Il a un concentrateur où se font le concassage, le broyage et le flottement des minerais. KCC a installé sa raffinerie à Luilu où s’opère la calcination, la lixiviation, l’extraction décapage. On y produit du fer, de l’aluminium et du manganèse (par purification et la précipitation), l’électrolyse pour récolter le cuivre jusqu’à la cathode et l’hydroxyde de cobalt.

Première société minière de la RDC à établir son propre programme et un département de développement d’entreprise, KCC a investi 142 millions de dollars américains dans le partenariat public-privé avec la SNEL. Elle a payé 349 millions de dollars américains d’impôts à l’Etat congolais et dépensé 32 % de son revenu auprès des fournisseurs locaux.

En matière de sécurité au travail, KCC met un point d’honneur sur le fait que ses agents ont le temps de faire chaque travail en toute sécurité.

Il sied de rappeler que KCC est né de l’accord préliminaire signé le 24 juin 2003 entre la Gécamines et KINROSS-FORREST LIMITED « KFL », enrichi par l’avenant n°1 du 04 Juillet 2003 et par une convention de confidentialité y relative pour l’exploitation et la transformation des minerais localisés dans le groupe ouest de la Gécamines. Ce projet consiste en la réhabilitation de la mine souterraine de KAMOTO, la réhabilitation et le développement d’une mine à ciel ouvert comme source des minerais oxydes (DIKULWE, MASHAMBA et T17), la réhabilitation des concentrateurs de KAMOTO et de DIMA, ainsi que des usines de LUILU. Par la suite, une convention de joint-venture fut signée entre les mêmes parties le 07 février 2004. La convention de joint-venture susvisée a repris les dispositions de l’accord préliminaire qui prévoyaient entre autres à la création de KCC SARL. C’est ainsi que les parties ont signé, au mois de novembre 2005, les statuts de KCC SARL.

La Rédaction

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article