RDC-état de siège en Ituri et au Nord-Kivu : La VSV soutient et exhorte le Gouvernement à mieux communiquer sur son bien-fondé et ses avantages prometteurs 


26 novembre 2021

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV) se dit vivement préoccupée par les violations et atteintes aux droits humains qui se poursuivent dans les deux provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu sous état de siège, au grand dam des populations qui y vivent. Elle l'a fait savoir au cours d’une conférence de presse tenue vendredi 26 novembre 2021 à Kinshasa.

011A1364.jpg (2.14 MB)

« Quelques jours après l’adoption de la douzième prorogation de l’état de siège dans les deux provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, la Voix de Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV) est vivement préoccupée par l’augmentation des attaques armées et des massacres des populations, les intimidations, les menaces et autres violences contre les journalistes et les défenseurs des personnes, etc. La VSV dénonce fermement cet état de chose qui est loin de respecter la dignité humaine et elle compatit avec la population congolaise vivant dans l’Est de la RDCongo qui fait régulièrement face aux souffrances indicibles », a dénoncé la VSV par l’entremise de sa chargée de programme, Mme Irène Manama, et de : « condamner avec la dernière énergie toutes les violations et atteintes aux droits humains commises dans les deux provinces sous état de siège ».

011A1360.jpg (2.67 MB)

Tout en réitérant son soutien à l’état de siège qu’elle estime être une piste de solution pour la paix et la sécurité au Nord-Kivu et tout en évitant aussi les violations et atteintes aux droits humains, la VSV recommande au Gouvernement de communiquer régulièrement sur l’état de siège et les raisons pour lesquelles il a été proclamé par le Chef de l’Etat.

011A1363.jpg (2.74 MB)

« Les autorités congolaises doivent donc communiquer suffisamment avec la population en expliquant à celle-ci que l’état de siège n’est pas une solution magique qui résoudrait le problème des groupes armés en quelques semaines ou quelques mois seulement. Pour la VSV, les voix qui s’élèvent les unes pour exiger l’évaluation de l’état de siège, les autres pour y mettre fin car cet état de siège, les autres pour mettre fin car cet état de siège "a échoué" ne sont que la résultante de l’insuffisance de la communication de la part des autorités congolaises. Le gouvernement devrait sensibiliser et mobiliser la population, les acteurs politiques toutes tendances confondues pour soutenir l’état de siège et surtout les FARDC au front ; apporter un soutien logistique, matériel, financier et moral conséquent aux FARDC pour le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans les deux provinces en proie aux violences meurtrières », a conseillé la VSV.

011A1368.jpg (6.94 MB)

La VSV a insisté que les autorités congolaises doivent sensibiliser la population sur le fait que les groupes armés existent en RDCongo depuis plus des deux décennies et par conséquent ils ne pouvaient que résister face à la puissance de feu des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

011A1369.jpg (2.54 MB)

« Les FARDC finiront par vaincre ces groupes armés avec l’appui de la population et d’une partie de la communauté internationale éprise de la paix et du respect de la dignité humaine », croit la VSV.

Pour la VSV, la détérioration de la situation des droits humains à l’Est de la RDCongo doit pousser toutes les congolaises et tous les congolais ainsi que la communauté internationale éprise de la paix et de justice à réfléchir en profondeur sur les vraies pistes des solutions pour le rétablissement effectif de l’autorité de l’Etat et de la paix dans l’Est de la RDCongo.

011A1365.jpg (2.82 MB)

« Et face à l’absence d’une réelle alternative pour la paix à l’Est, l’état de siège devrait en principe être soutenu par tous les acteurs sociaux et politiques toutes tendances confondues ainsi que la population congolaise dans son ensemble. La VSV se demande pourquoi les partis politiques de l’opposition et ceux de l’union sacrée ne se mettraient pas ensemble, comme sous d’autres cieux face à une question d’intérêt national pour mettre fin à l’insécurité et aux violations massives des droits humains à l’Est de la RDCongo? La VSV pense qu’il est temps que tout le monde se mobilise comme un seul homme en tournant le regard vers les populations de l’Est et de cela ne peut être possible qu’en mettant de côté les intérêts égoïstes et partisans », a recommandé la VSV.

011A1359.jpg (2.26 MB)

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme estime que malgré quelques faiblesses, l’état de siège a démontré plusieurs avantages.

« Il sied de souligner et de reconnaître, malgré les faiblesses constatées en termes des violations et atteintes aux droits humains depuis la proclamation de l’état de siège, que cet état de siège a permis notamment de sécuriser plusieurs tronçons routiers, de récupérer plusieurs villages et bastions des groupes armés et autres milices, la reddition et la neutralisation des dizaines des miliciens, la récupération des armes ainsi que le retour de la population dans les villages sécurisés par les éléments des Forces armés de la République Démocratique du Congo », a fait reconnu la VSV.

011A1362.jpg (2.41 MB)

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme a exhorté la population congolaise à faire montre de la patience et à collaborer avec les services de sécurité, car mettre fin à l’état de siège risquerait de contribuer à la pérennisation de l’insécurité et à l’absence du rétablissement de l’autorité de l’Etat dans l’Est de la RDCongo, selon la VSV.

011A1370.jpg (2.39 MB)

La VSV a informé l’opinion publique que dans le cadre du Réseau service civil pour la paix dont elle fait partie, elle mène avec ses partenaires de ces Réseaux depuis octobre 2021 une campagne de sensibilisation de la population sur l’état de siège et surtout sur son importance notamment le rétablissement de la paix et de la sécurité à l’Est de la RDCongo.

La Rédaction

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article